J’ai honte de mes fantasmes, que faire ?

Des fantasmes sexuels on en a tous.

Ils sont secrets, ils nous excitent, et il y en a certains qui nous dérangent et avec lesquels on est assez inconfortable.

Tous ces fantasmes dont on a l’impression qu’ils sont une part de nous-même peuvent être difficiles à accepter surtout s’ils sont fétiches ou violent parce que l’on a peur d’être bizarre ou d’avoir des goûts sexuels pas normaux.

D’autant plus lorsque l’on est dépendant à la pornographie, car les films pornos permettent de mettre des images sur des scènes qui à la base n’auraient pas dû quitter la forme de la pensée.

L’incompréhension, la non-acceptation ou le refoulement de ses fantasmes peut vraiment faire souffrir parce que l’on commence à avoir peur de soi, de qui l’on est réellement, de ne pas se reconnaitre dans ses fantasmes et c’est un véritable frein pour se libérer de la pornographie ou pour tout simplement être en paix et bien avec soi-même.

C’est pourquoi aujourd’hui je vous propose que l’on voit ensemble comment les fantasmes sexuels se créent, est-ce qu’ils définissent qui vous êtes réellement et comment vous sentir mieux vis-à-vis de ceux qui vous perturbent.

***

Déjà il ne faut pas faire l’erreur de confondre le fantasme sexuel avec la rêverie sexuelle ou la préférence sexuelle.

La rêverie sexuelle c’est lorsque l’on s’imagine faire ci ou faire ça avec quelqu’un, c’est quelque chose de réaliste, c’est possible de le faire et surtout ça ne dérange pas sa propre morale.

Une préférence sexuelle cela peut-être avoir des préférences pour que sa ou son partenaire ait cette taille, ce type de peau, cette forme du corps, cette origine, etc…

Tandis qu’un fantasme sexuel, c’est davantage une situation, une histoire ou un rôle-play.

C’est quelque chose de plus secret profondément ancré et spécifique à chacun d’entre nous.

Lorsque l’on y pense on fait face à des images qui peuvent nous déranger et refléter notre part d’ombre.

Vous vous êtes peut-être déjà demandé : est-ce que je suis né avec les fantasmes que j’ai, est-ce qu’ils sont liés à mon identité depuis ma naissance.

La réponse, c’est non.

Les fantasmes sexuels n’existent pas dans l’enfance, ils commencent à se manifester au début de la puberté.

C’est comme si une partie du cerveau s’activait, se mettait en route et se mettait à rechercher des sources extérieures qui vont créer et nourrir les fantasmes.

Vers le début de la période de l’adolescence, les hormones sexuelles vont devenir de plus en plus importantes et vont commencer à agir sur nous en modifiant notre corps et la structure de notre cerveau.

C’est à partir de ce moment-là que les garçons et les filles commencent à ressentir des émotions sexuelles lors de certains événements ou situations.

Par exemple si dans son enfance un garçon est à la piscine et par hasard il voit la poitrine nue d’une fille et qu’il ressent une forte émotion, cela va créer une empreinte dans son cerveau et va graver un souvenir émotionnellement fort dans sa tête.

Plus tard ce souvenir sera tellement ancré qu’il pourra développer un fétiche pour les poitrines et être fortement excité par cela.

Vous avez donc compris que nous ne sommes pas responsables de nos fantasmes, ils s’installent dans notre cerveau sans notre permission.

Les fantasmes sexuels ne sont pas là à cause de qui nous sommes mais à cause de ce que nous avons vécu.

Ils se forment en fonction de nos expériences de vie.

Il n’y a donc aucune raison de les trouver ridicule ou honteux et de culpabiliser sans cesse d’en avoir certains qui nous déplaisent parce que nous n’avons pas de contrôle sur eux.

Alors évidemment c’est un vrai travail à faire sur soi d’être en paix avec ses fantasmes surtout s’ils sont peu communs et pas vraiment acceptables ou réalisable dans la société (d’ailleurs moi-même j’ai dû faire ce travail).

Une question que je me suis posé et que vous êtes susceptible de vous poser c’est : est-ce que je dois réaliser mes fantasmes ?

Et à cette question je vais vous répondre qu’un fantasme fait partie du monde imaginaire, ce n’est pas forcément quelque chose à réaliser.

Pourquoi ? Parce que dans certains cas des fantasmes peuvent se créer à partir d’expériences traumatisantes.

Si par exemple une personne a construit un fantasme à partir d’une agression, cela ne veut pas dire qu’elle a envie de se faire agresser.

Une agression produit une émotion tellement forte chez certaines personnes, que même si c’est de l’émotion négative le cerveau met en mémoire les événements associés aux fortes émotions.

Donc c’est normal d’éventuellement avoir des fantasmes liés à des expériences sexuelles négatives, il ne faut pas s’en vouloir.

D’un autre côté, il faut savoir que si l’on consomme de la pornographie durant notre enfance ou l’adolescence, cela peut provoquer de lourdes conséquences sur le cerveau.

L’enfance et l’adolescence sont des périodes où le cerveau est encore très facilement modifiable et en plus à cet âge-là nous ne savons pas ce qu’est la sexualité et donc nous pouvons rapidement être choqués par certaines images.

Certaines catégories ou vidéos peuvent être tellement choquantes ou provoquer du dégoût que certaines scènes ou pratiques sexuelles deviendront des fantasmes créés par la pornographie au lieu d’être des fantasmes « naturels » lié à l’expérience de la vie réelle.

C’est pour cette raison que regarder du porno lorsque l’on est jeune et que notre cerveau n’a pas fini sa maturation c’est mauvais car cela fait intrusion dans notre imaginaire et cela peut nous donner une fausse image ce qu’est la sexualité durant toute notre vie si nous ne faisons aucun travail sur nous-même pour corriger cela.

Personnellement, lorsque j’ai appris tout ça sur les fantasmes cela m’a fait du bien car j’avais du mal à accepter certains de mes fantasmes qui ont notamment été créé par la pornographie.

Mais je sais que ce n’est pas forcément facile de faire taire ces voix dans notre tête qui nous disent que l’on est bizarre, pas normal ou dangereux.

Alors retenez bien ça : ce n’est pas de votre faute

Maintenant, je sais que malgré ce que je vous dis certains d’entre vous ne serons toujours pas à l’aise avec leurs fantasmes.

Alors je vais vous donner un petit exercice à faire pour comprendre pourquoi ces fantasmes existent en vous et pour sentir mieux vis-à-vis d’eux.

Vous allez essayer revenir sur votre histoire et rechercher la répétition.

Demandez-vous quand est-ce que j’ai déjà vécu un moment émotionnellement fort lié de près ou de loin à ce fantasme.

Ou alors, vous allez faire la même chose vous allez essayer de vous plonger dans le passé mais recherchant le sens inverse.

Demandez-vous quand est-ce que j’ai vécu une expérience opposée à mon fantasme que ce dernier comble directement ou indirectement.

Pour la répétions je vous ai déjà donné un exemple avec le garçon qui voit une poitrine nue a la piscine.

Pour le sens inverse je vais vous l’illustrer en prenant l’histoire de l’un de mes élèves avec qui j’ai fait ce travail.

Il ma raconté qu’il avait le fantasme du candaulisme.

Le candaulisme c’est le fait d’être en couple et de faire intervenir un partenaire extérieur pour le plaisir de sa ou son partenaire.

Donc comme il était avec une femme, il était attiré par le fait qu’un homme fasse l’amour à sa femme devant lui.

On a recherché la cause ensemble, et il s’avère en fait que les films pornos lui avaient fait perdre totalement confiance en lui sur le plan sexuel.

Il avait l’impression, en se comparant aux acteurs pornos, qu’il ne réussirait jamais à satisfaire une femme.

Donc processus inverse, il devenait de plus en plus attiré par le candaulisme parce que imaginer qu’un autre homme s’occupe bien de sa femme cela comblerait ce manque de confiance sexuel qu’il avait.

Lorsqu’il a compris tout cela, ça l’a libéré d’un poids parce qu’il s’est rendu compte qu’il n’était pas bizarre, que ce n’était pas un hasard et c’était dû à une cause spécifique.

Pour la même raison je vous encourage donc à prendre quelques minutes et faire cet exercice.

Lorsque vous l’aurez fait ou si vous l’avez déjà fait auparavant, n’hésitez pas à me dire en commentaires quel était votre fantasme et comment il est apparu dans votre vie.

Pour résumer, retenez bien cela.

Vos fantasmes sexuels ne sont pas aléatoires.

Ils racontent des histoires qui en disent beaucoup sur votre passé

Plus vous écouterez ces histoires et plus vos fantasmes perdront de leur emprise sur vous.

***

Gardez le cap sur vos objectifs !