Comment arrêter de rechuter ?

 

S’il y a bien une chose, que l’on s’accorde tous à dire que c’est frustrant, culpabilisant et dévalorisant c’est bien la rechute.

Lorsque l’on veut se libérer du porno, la rechute a une définition différente selon chaque individu.

Pour certaines personnes, rechuter correspond à se masturber et avoir un orgasme devant du porno, pour d’autres regarder du porno c’est rechuter, et pour d’autres encore se masturber même sans support constitue un craquage.

Personnellement, avec la méthode que j’enseigne aux hommes que j’accompagne, je considère que la rechute a une seule définition.

Pour moi, la rechute correspond au pire comportement que l’on puisse avoir vis-à-vis de sa dépendance.

Et ce qui répond à cette définition, c’est sans nul doute le fait de se masturber et d’avoir un orgasme devant du porno.

Tous les autres comportements, ce ne sont pas des rechutes, ce sont des dérapages.

Pourquoi ? Parce que simplement regarder du porno n’aura pas les mêmes conséquences dans le cerveau que d’avoir un orgasme devant.

On se rend bien compte de la différence, lorsque l’on compare les moments où l’on regarde juste du porno et qu’on décide d’arrêter en plein milieu, avec les moments où l’on va jusqu’au bout et que l’on se donne un orgasme devant.

Il y a moins de culpabilité dans le premier cas parce qu’on s’est contrôlé, tandis dans le deuxième cas on a lâché prise et on s’est laissé plonger tête baissée dans la rechute.

Il faut bien comprendre que regarder du porno c’est moins néfaste pour le cerveau que d’avoir un orgasme devant, et c’est pourquoi il faut bien distinguer les rechutes des dérapages.

Evidemment, cela ne signifie pas pour autant qu’il faut privilégier les dérapages aux rechutes.

Cela ne doit pas être une excuse et se dire « bon bah puisque regarder du porno c’est juste déraper ça compte pas vraiment ».

Le problème c’est que si l’on pense que regarder du porno c’est une rechute et que ça a le même effet que d’avoir un orgasme devant, alors lorsque l’on est devant du porno on aura tendance parfois à se dire « je suis devant du porno, autant aller jusqu’au bout parce que de toute façon je suis en train de rechuter. »

Se dire ça c’est une erreur parce que lorsque l’on regarde du porno, on n’est pas encore dans la rechute et il vaut mieux s’arrêter tant que c’est encore possible.

Les dérapages sont donc tout autant à éviter que la rechute car ils nourrissent la dépendance de manière subtile et parfois ils amènent à des rechutes.

Maintenant, pour aller encore plus loin dans la réflexion en ce qui concerne les dérapages, je vais vous expliquer qu’il existe en fait une hiérarchie entre les dérapages que vous pouvez faire.

***

Pour commencer, avoir un orgasme devant du porno est beaucoup plus néfaste que simplement se masturber plusieurs dizaines de minutes devant du porno qui est plus néfaste qu’uniquement regarder du porno pendant 2-3 minutes.

Ces 3 comportements je les classe dans la catégorie « comportements critiques » avec à sa tête, la rechute ultime qui est avoir un orgasme devant du porno.

Les comportement critiques se sont vraiment ceux que vous devez éviter à tout prix car ils entretiennent les mauvais schémas neuronaux de votre cerveau et nourrissent votre dépendance.

Dans cette catégorie, j’ai établi une hiérarchisation des comportements qui montre que si l’on regarde juste du porno il n’est pas trop tard pour arrêter.

Parce que si l’on continue, le risque de rechuter s’élève au fur et à mesure au même titre que les dégâts sur le cerveau.

Donc il vaut mieux simplement au bout de quelques minutes se dire « je ne suis qu’à la phase une je ne dois pas aller plus loin car sinon je vais aggraver les conséquences sur mon cerveau » que de se dire « je suis en train de regarder du porno alors autant aller jusqu’au bout car je suis déjà dans la rechute ».

Non, vous n’êtes pas encore dans la rechute, vous pouvez surmonter cette épreuve et décider de vous arrêter là.

En dessous de cette catégorie des « comportements critiques », il y a les comportements dont l’impact est modéré mais non négligeable car ils sont moins néfastes que les « comportements critiques », mais c’est tout autant crucial de les éviter car dans ces comportements, on retrouve des liens forts avec la dépendance au porno et la masturbation.

Donc si ces comportements modérés ne sont pas écartés de votre vie, alors votre dépendance à la pornographie sera toujours présente mais de manière plus subtile, elle sera cachée sous la surface, et pourra réapparaître entièrement dans le futur.

Dans les comportements modérés, on retrouve en première position et par ordre décroissant d’importance : se masturber jusqu’à l’orgasme devant du contenu érotique, se masturber jusqu’à l’orgasme en pensant à du porno et se masturber jusqu’à l’orgasme sans penser à du porno et sans support visuel mais de façon compulsive.

Ces 3 comportements ont un lien avec la dépendance au porno parce que chacune possède une caractéristique propre à la dépendance au porno.

Dans la masturbation jusqu’à l’orgasme devant du contenu érotique, on retrouve le besoin d’avoir un support visuel et/ou auditif pour être excité, se masturber et avoir un orgasme.

Dans la masturbation jusqu’à l’orgasme en pensant à du porno, on retrouve le besoin d’avoir du porno pour être excité, se masturber et avoir un orgasme.

Et dans la masturbation compulsive jusqu’à l’orgasme sans avoir eu recourt à un support et sans penser à du porno, on retrouve le besoin de satisfaire ses pulsions sexuelles immédiatement lorsqu’elles arrivent ou de se servir du plaisir de l’orgasme pour combler une émotion négative, un manque, etc…

Je récapitule, ces 3 comportements modérés ont pour chacune d’entre elles une des 3 caractéristiques principales de la dépendance au porno :

1) Le besoin d’avoir un support visuel et/ou auditif pour être excité, se masturber et avoir un orgasme.

2) Le besoin d’avoir de la pornographie et des fantasmes reliés à elle pour être excité, se masturber et avoir un orgasme.

3) Le besoin de satisfaire ses pulsions sexuelles immédiatement ou se servir du plaisir de l’orgasme pour combler une émotion négative.

Additionnez ces 3 besoins et cela vous donne la définition même de la dépendance à la pornographie qui est le besoin compulsif de satisfaire ses pulsions sexuelles ou de répondre à une émotion en se masturbant jusqu’à l’orgasme avec du contenu pornographique.

C’est donc en continuant de nourrir un ou plusieurs de ces 3 besoins que les comportements modérés que je vous ai énoncés font exister même sans regarder du porno, la dépendance en vous.

Il convient donc de s’en détacher le plus possible, définitivement serait l’idéal.

***

On a vu donc qu’en dessous des « comportements critiques » il y avait des comportements modérés à éviter, eh bien sachez aussi qu’il existe une autre catégorie de comportements qui nourrissent la dépendance, mais de manière plus faible et subtile, c’est la catégorie des comportements « faibles ».

Cette catégorie est composée, par ordre décroissant d’importance, de regarder du contenu érotique ou sexy, fantasmer sexuellement durant la journée et se toucher le sexe.

Il faut aussi éviter le plus possible ces comportements car comme vous l’aurez compris, ce sont de petits comportements qui vont donner des miettes de pain à votre esprit et votre corps et qui peuvent tendre à vous donner envie de vous masturber régulièrement et donc potentiellement devant du porno ou bien devant du contenu érotique.

Cette hiérarchisation des dérapages que j’ai donné dans cette vidéo doit avant tout vous faire comprendre qu’il existe des comportements intermédiaires qu’il faut éviter, voire supprimer si vous voulez éliminer votre dépendance à la pornographie définitivement parce qu’ils nourrissent indirectement vos schémas addictifs.

Toutefois, il faut aussi bien comprendre que cette hiérarchisation des comportements vous offre la possibilité de faire des choix en toute connaissance de cause.

Par exemple, vous savez désormais que vous masturber jusqu’à l’orgasme devant du contenu érotique est moins néfaste que de le faire devant du porno.

Dès lors, si vous devez un jour choisir entre les deux, vous saurez immédiatement quelle décision prendre car vous savez qu’un des choix est une rechute et va vous freiner, tandis que l’autre est un comportement modéré qui va aussi vous freiner, mais beaucoup moins qu’une rechute critique.

Attention toutefois à ne pas mal interpréter ce que je viens de dire à propos des comportements modérés qu’il faut privilégier par rapport à la rechute.

L’idéal serait que vous n’ayez aucune rechute critique, aucun comportement modéré et aucun comportement faible.

Mais comme l’arrêt du porno et de la masturbation c’est quelque chose de difficile, il ne faut pas que vous vous mettiez une énorme pression non plus, surtout les premiers mois.

Si durant tout un mois vous n’avez eu aucune rechute, aucun comportement critique mais que vous avez eu de temps en temps des comportements modérés et faibles, alors vous avancez et vous progressez.

Par exemple, si pendant un mois vous vous êtes masturbé devant du porno, et que le mois suivant, de temps en temps vous vous êtes masturbé seulement devant du contenu érotique et pas devant du porno, vous avez progressé.

Ce n’est pas parfait, mais ce qu’on recherche c’est la progression, pas la perfection, donc c’est bien.

Un petit récapitulatif de ce que j’ai dit dans cet article :

Maintenant, vous pensez probablement que l’on est bien allé en profondeur.

Et bien sachez qu’on peut aller encore un cran dessous.

Comme je l’ai dit précédemment, tous les comportements autour de la pornographie et de la masturbation ne se valent pas car derrière les conséquences sont plus ou moins négatives.

Il en va de même pour le contenu pornographique.

Une vidéo porno est plus néfaste à regarder, qu’un gif porno, qui est plus néfaste qu’une simple image porno, qui est plus néfaste que la littérature érotique qui est plus néfaste qu’une pensée pornographique.

Cette hiérarchisation des contenus pornographiques vous montre de la même manière que la hiérarchisation des comportements, que si vous êtes entrain de craquer devant du porno, le faire devant des simples images sera moins néfaste que si vous êtes en train de le faire devant une vidéo.

Vous pouvez aussi différencier les contenus violent, tabous ou fétiches qui seront plus néfastes à regarder que des contenus plus softs que je vous conseille de privilégier si vous êtes dans une rechute.

Ce sont des informations à prendre en compte pour vos futurs choix mais prenez bien ces informations avec des pincettes car elle ne justifieront jamais le fait que vous puissiez regarder du porno.

Jamais.

***

Dans cet article je vous ai donc montré que pour arrêter de rechuter vous devez avant tout faire en sorte d’éviter au maximum les dérapages, qu’ils soient critiques, modérés ou faibles, parce qu’ils nourrissent votre addiction en arrière-plan.

Maintenant, sachez qu’il y a une seconde méthode pour arrêter de rechuter et c’est tout simplement en ayant la maîtrise de vos pulsions sexuelles.

Et c’est justement ce que je vous apprends à faire dans la nouvelle formation que j’ai créée.

Elle s’appelle ZÉRO RECHUTE et c’est un kit d’urgence pour maîtriser toutes vos pulsions sexuelles.

Si vous rechutez encore aujourd’hui et que vous avez l’impression de ne pas véritablement savoir comment vous contrôler, je vous recommande vraiment cette formation car j’y ai inclus des tas de techniques qui vous aideront à arrêter de rechuter.

J’ai hâte de vous retrouver dans cette formation.

=> Cliquez ici pour accéder à la formation.

Gardez le cap sur vos objectifs !