Cette technique va te faire rechuter !

Aujourd’hui je vais parler d’une technique ou plutôt d’une « façon de faire » très fréquemment utilisée pour arrêter le porno ou la masturbation qui est de compter ses jours d’abstinence.

Cette technique je la connais bien parce que je l’ai moi-même utilisée pendant un temps dans mon passé lorsque j’avais décidé d’arrêter le porno et aussi un peu au début lorsque j’ai décidé d’arrêter la masturbation.

J’ai donc eu l’occasion de l’expérimenter et j’ai aussi pu voir avec mes élèves que j’accompagne, si cette technique apporte de bons résultats ou non.

Le problème que j’ai découvert, c’est que compter ses jours apporte beaucoup plus d’échecs que de réussites pour une seule raison : la plupart des personnes qui comptent leurs jours le font de la mauvaise façon.

Restez jusqu’à la fin de la vidéo et vous saurez exactement comment compter correctement vos jours et réussir à éliminer définitivement votre dépendance au porno et à la masturbation.

Le fait de compter quotidiennement ses jours d’abstinence cause 4 conséquences négatives sur le sevrage qui empêchent de vous libérer de votre dépendance rapidement.

***

Lorsque l’on est dans une démarche où l’on compte chaque jour d’abstinence de porno ou de masturbation, la première conséquence négative c’est que l’on devient focalisé sur le résultat et non sur le processus.

Quand on compte, on compte vers quelque chose, vers un événement qui est en l’occurrence le jour où j’aurai réussi et que je serai définitivement libéré de ma dépendance.

Malheureusement, la guérison de la dépendance au porno et de la masturbation n’est pas un événement, elle n’aura pas lieu à une date.

On ne va pas se réveiller un matin et se dire « ah ! ça y est je ne suis plus dépendant ! » .

C’est un processus long et progressif.

N’avoir en tête que le résultat procure souvent du stress, de la tension et de l’impatience, parce que jour après jour on attend le résultat, on attend le jour où tout sera résolu.

Il se passe la même chose chez les personnes qui partent faire un footing pendant 30 à 60 minutes et qui ne peuvent pas s’empêcher de regarder toutes les 5 minutes leur chronomètre.

La seule chose qui les préoccupe, c’est le résultat à atteindre : la fin de la course.

Elles ne prendront du plaisir seulement lorsqu’elles auront terminé de courir.

A l’inverse, une personne qui se fixe 30, 40 ou 60 minutes de course et qui court en se concentrant sur sa respiration, sur son gainage et sur sa technique de course va ressentir le temps passer beaucoup plus rapidement car elle va prendre du plaisir durant la course et même après.

Elle sera donc moins susceptible d’être découragée et d’abandonner.

***

La deuxième conséquence négative que j’ai remarqué avec la plupart des personnes qui comptent leurs jours, c’est que pour elles la rechute fait très mal.

Pour ces personnes, rechuter c’est comme gravir un mur d’escalade pendant 1h30, glisser et retomber tout en bas du mur.

Les sensations d’échec et de culpabilité qui s’en suivent sont d’autant plus élevées que le compteur est à un nombre de jours important.

C’est donc ensuite plus difficile de repartir car ces personnes vont avoir des pensées très négatives qui vont apparaître.

Cette sensation d’échec elle fait très mal, aussi parce que pendant tout le temps où une personne compte ses jours, il existe toujours dans un coin de sa tête une peur de rechuter et de devoir tout recommencer à zéro.

D’ailleurs en parlant de recommencer à zéro, il faut bien que vous compreniez que le sevrage ne fonctionne pas comme ça.

Votre progression ne dépend pas du nombre de jours consécutifs d’abstinence au porno ou à la masturbation que vous cumulez.

Et vous ne retombez pas à 0 si vous rechutez.

Cet état d’esprit a tendance à naître et à exister dans l’esprit lorsque l’on compte régulièrement ses jours d’abstinence.

Mais la réalité est tout autre.

La progression continue même lorsque vous rechutez car vous allez apprendre de vos rechutes en déterminant ce qui a causé cette dernière.

Vous tirez des leçons de vos erreurs, et c’est ce qui vous permet d’avancer.

***

Pour la troisième conséquence négative, j’ai aussi noté que lorsque l’on compte ses jours on a davantage tendance à se comparer aux autres.

Cet aspect est notamment valable sur le site stopfap.org où je vous invite d’ailleurs à aller faire un tour si vous souhaitez discuter avec des personnes qui mènent le même combat que vous et je fais un petit clin d’œil à toutes les personnes que je connais sur cette plateforme qui liront cet article.

Sur ce site, on peut voir certaines personnes arborer un grade selon le nombre de jours consécutifs passés sans se masturber ou sans regarder du porno selon la catégorie du challenge.

Eh bien le fait de voir des personnes avec des dizaines voire des centaines de jours d’abstinence cela peut certes inspirer et donner de la motivation, mais cela peut aussi donner l’impression que la route est bien trop longue et difficile et cela tend encore à focaliser l’attention sur le résultat et non sur le processus.

Je sais aussi que certaines personnes qui veulent arrêter définitivement de regarder du porno mettent en place un système de comptage des jours consécutifs qu’elles ont passé sans regarder du porno.

Le problème, c’est que si par malheur elles regardent du porno mais sans se masturber et avoir un orgasme devant, elles vont remettre leur compteur à zéro.

De mon point de vue, se masturber jusqu’à l’orgasme devant du porno et simplement regarder du porno sans se masturber en se contrôlant et en ne craquant pas jusqu’à la masturbation et l’orgasme devant n’ont pas les mêmes conséquences sur sa dépendance.

D’un côté il y a un craquage complet, de l’autre il y a un petit craquage, mais au moins il y a eu par la suite un contrôle de soi.

C’est donc d’après moi une erreur de mettre dans le même panier regarder du porno, se masturber devant et avoir un orgasme devant.

Parce que le fait de réussir à surmonter une envie de se masturber devant un porno est à la base un progrès qui peut se transformer en un échec si la personne considère cela comme une rechute.

***

La dernière conséquence négative que j’ai remarqué lorsque l’on compte ses jours, c’est que l’on peut être amené lorsque l’on rechute une fois dans une journée à en profiter et se permettre de rechuter encore une fois ou deux ou plus même.

Le raisonnement je le connais puisque j’ai longtemps moi-même fait cette erreur.

On se dit que de toute façon la journée est fichue, que je me suis masturbé devant du porno donc que je suis à 0 jour d’abstinence et que par conséquent je reprendrai correctement demain à compter donc cela ne changera rien si je rechute encore aujourd’hui.

C’est une erreur à ne pas faire parce que la culpabilité qui suivra de ce genre de comportement et de façon de penser, vous le savez très bien, sera douloureuse.

Ok, maintenant que je vous ai donné mon avis sur le comptage des jours d’abstinence vous allez sûrement me demander « Théo, qu’est-ce que je dois faire alors ? Est-ce que je dois arrêter de compter ou pas ? »

A cette question je vais vous répondre clairement : non, vous n’êtes pas obligé d’arrêter de compter vos jours, seulement vous allez changer votre état d’esprit vis-à-vis de cette technique.

Parce que, mesurer à combien de jours d’abstinence vous êtes n’est pas mal en soi, ce qui est néfaste c’est l’importance que vous y accordez pour avancer.

Ce que je veux dire par là, c’est que vous ne devez plus pointer chaque jour en vous focalisant sur le nombre.

Comment faire cela ?

Par exemple, si vous êtes inscrit sur le site stopfap, pointez sans regarder votre compteur et ne le faites pas forcément chaque jour, vous pouvez le faire tous les 2-3 jours par exemple.

Si vous n’y arrivez pas ou que vous n’utilisez pas ce site, alors vous pouvez installer une application de cochage ou faire vous-même un tableau sur une feuille où vous cochez les jours où vous avez été abstinent.

Vous pouvez aussi, au lieu de compter vos jours d’abstinence, pointer uniquement lorsque vous rechuter.

En bref, pointer ou compter ses jours d’abstinence ou de rechute cela doit uniquement constituer un repère de progression mais vous ne devez pas vous focaliser sur le nombre de jours cumulés pour toutes les raisons que j’ai énoncé auparavant.

Vous pouvez pointer sur un calendrier et y revenir toutes les semaines ou tous les mois pour comparer votre fréquence de rechute et ainsi savoir si vous progressez ou non.

Si vous n’arrivez pas à vous détacher de tout ce qui est pointage et comptage et que vous y accordez trop d’importance et que cela vous cause trop de pression et de stress, alors arrêtez complètement.

Rappelez-vous que compter ses jours c’est quelque chose de facile, et que tout ce qui est facile ne donne pas de vrais résultats sur le long terme.

Si simplement compter ses jours permettait de réussir à se libérer du porno, alors cela ferait longtemps que la plupart auraient réussi.

Mais je vois bien que ce n’est pas le cas.

Attention, toutes les explications que je viens de donner sont issues de mes connaissances et de mon expérience.

Cela signifie que compter ses jours peut vous convenir, et si actuellement vous avez des résultats en faisant cette technique tant mieux, continuez !

Mais si vous voyez que cela fait un moment que vous luttez contre votre dépendance à la pornographie ou a la masturbation et que vous comptez sans cesse vos jours, réfléchissez à ce que je viens de dire et établissez une nouvelle stratégie.