Bilan NOFAP 200 jours : j’arrête la masturbation définitivement

Il y a 6 mois je me suis lancé le défi d’arrêter la masturbation pendant 50 jours, mais ce qui devait être un simple challenge s’est transformé en un véritable mode de vie puisque cela fait désormais plus de 200 jours que je ne me suis pas masturbé.

Alors non je ne suis pas devenu un surhomme et je ne soulève pas des montagnes, en tout cas je ne sais pas car je n’ai pas essayé.

Toutefois j’ai fait des découvertes qui pourraient très certainement vous intéresser.

Je ne suis absolument pas là pour vous faire adhérer à une secte qui prône l’abstinence complète, je vais tout simplement vous expliquer tout ce que j’ai appris par mon expérience, mais aussi par mes recherches pour que vous puissiez vous faire votre propre avis à ce sujet.

Mais avant tout, pour que ce soit clair entre vous et moi, parce que ça ne l’a pas été pour certaines personnes dans mon premier bilan : j’ai arrêté la masturbation solitaire jusqu’à l’orgasme depuis 200 jours.

Cela ne veut pas dire que je me prive de sexe.

Cela ne veut pas dire non plus que j’ai arrêté d’éjaculer durant mes rapports sexuels.

Cela signifie tout simplement que j’ai arrêté de me donner des orgasmes avec la masturbation lorsque je suis seul.

Au début des 200 jours j’étais célibataire, donc comme je n’avais pas de relations sexuelles je faisais de la rétention séminale : cela veut dire que je n’éjaculais pas du tout.

Mais désormais je suis en couple avec une femme extraordinaire, donc vous vous doutez bien que de temps à autre j’ai des orgasmes et que je ne suis pas en abstinence sexuelle complète.

***

Maintenant, je sais que beaucoup d’entre vous vont se demander : « pourquoi est-ce que j’ai décidé d’arrêter de me masturber jusqu’à l’orgasme de façon solitaire et pourquoi je n’éjacule désormais qu’avec ma partenaire ? Quel est l’intérêt de tout cela ? »

Et je comprends tout à fait que vous vous posiez cette question car aujourd’hui la majorité des gens vous diront que se masturber c’est bien, que c’est un plaisir gratuit et que notre semence est une ressource illimitée.

D’après moi, toutes ces personnes ont tort.

La première règle dont il faut prendre conscience c’est qu’aucun plaisir n’est gratuit.

Notre semence regorge d’énergie qui est perdue lorsqu’elle est évacuée de notre corps.

Et si vous êtes un homme vous le savez car vous en avez fait un minimum l’expérience durant votre vie.

Si, ne serait-ce qu’une fois vous n’avez pas éjaculé pendant un certain nombre de jours, que ce soit volontaire ou non, vous avez certainement déjà ressenti que vous n’avez pas le même niveau d’énergie que les heures ou les premiers jours qui suivent une séance de masturbation jusqu’à l’orgasme.

Pour expliquer l’énergie gagné il y a différentes théories, comme le fait que le corps recycle les minéraux et autres composants qui constituent le sperme pour les rediriger dans tout le corps, ou bien que la testostérone qui sert à produire des spermatozoïdes, est réutilisée dans tout le corps au lieu d’être utilisée spécifiquement pour recréer les spermatozoïdes que l’on a perdu dans une éjaculation.

Mais je ne m’avancerais pas à affirmer tout cela car ce ne sont que des hypothèses.

Le gain d’énergie produit par la rétention séminale est aujourd’hui une conclusion faite de manière empirique, testée uniquement sur le terrain.

D’autant plus que dire qu’il y a un gain d’énergie lorsque l’on n’éjacule pas est d’après moi mal formulé.

Car lorsqu’un homme ne perd plus sa semence il ne gagne pas de l’énergie, il retrouve son potentiel énergétique de base.

Et c’est uniquement lorsqu’il éjacule trop souvent qu’il se trouve en dessous de son niveau d’énergie normal.

Alors, je travaille encore à trouver des chercheurs qui expliqueraient d’où provient ce niveau d’énergie plus élevé créé par la rétention séminale par des explication rationnelles et scientifiques (d’ailleurs si vous en avez trouvé partagez en commentaire les études ou les articles.)

De ce que l’on sait déjà en tout cas, une fréquence trop élevée d’éjaculation bousille le système dopaminergique, en d’autres termes le circuit de la récompense, ce qui fait perdre toute motivation et énergie à un homme à cause du plaisir trop intense qu’elle procure dans le cerveau

Néanmoins, j’aimerai nuancer sur un point en particulier à propos de l’éjaculation.

J’ai remarqué avec mon expérience et celle d’autres hommes, que l’orgasme en solitaire faisait perdre beaucoup plus d’énergie que l’orgasme lors d’un rapport sexuel avec sa ou son partenaire.

Les deux situations sont différentes.

Durant un rapport sexuel, les énergies des deux partenaires sont échangées et l’expérience est partagée ce qui permet d’accéder à un bonheur incomparable au simple plaisir que l’on prend en se masturbant seul.

D’un autre côté, être en couple signifie avoir potentiellement des rapports sexuels plus ou moins fréquents.

Dans cette configuration la masturbation solitaire peut vraiment vous pomper votre énergie.

Pourquoi ?

Car généralement nous terminons les rapports sexuels en éjaculant, et il suffit que vous ayez des rapports sexuels fréquents avec votre partenaire et que derrière vous vous masturbiez seul pour que votre fréquence d’éjaculation devienne très importante et vous faire perdre beaucoup d’énergie.

***

Maintenant, je vais vous parler des personnes qui affirment que la masturbation c’est quelque chose de naturel et de bénéfique, qu’il faut la pratiquer pour apprendre à se connaitre, à se connecter à soi et à découvrir sa sexualité.

Le problème de ces personnes c’est qu’elles affirment tout cela… sans approfondir et oubliant souvent mentionner certaines choses.

Par exemple : quand se masturber ? Ou encore comment le faire ?

Certaines personnes vont vous dire de vous masturber lorsque vous en avez envie.

D’autres vont vous conseiller l’érotisme ou la pornographie pour vous permettre de découvrir de nouveaux fantasmes et de parcourir diverses branches de la sexualité.

Et toutes ces personnes malheureusement ont tort.

Parce que donner ce genre de conseil aux gens, c’est risquer de se retrouver avec une société où énormément d’hommes (ou de femmes d’ailleurs) pratiquent la masturbation non plus de façon occasionnelle et intime, mais d’une manière purement consommatrice et frénétique pour décharger ses frustrations, son stress ou ses émotions négatives.

Aujourd’hui, je prends réellement conscience que la masturbation et l’orgasme font partie intégrante de la sexualité et qu’ils doivent être respectés, car le sexe c’est sacré et il n’y a rien de religieux dans mes propos.

La sexualité c’est l’une des choses les plus belles du monde et dans notre société actuelle elle tend à se transformer en un simple objet de consommation dont on se sert pour combler un manque ou pour se sentir mieux.

Le monde dans lequel nous vivons est complètement immergée dans le sexe, l’érotisme et la pornographie.

Si je prends le cas d’un homme hétérosexuel, l’exposition régulière à des images de femmes dénudées ou qui se mettent en valeur sur les réseaux sociaux, cela créé une immense frustration sexuelle dans la population !

Parce que face à toutes ces partenaires potentielles, que nous soyons célibataires ou en couple, notre cerveau est sexuellement stimulé en raison de l’excitation nerveuse qui est créée par tous ces contenus !

Et il y a un réel problème développé par le virtuel car nous sommes complètement impuissants face à cette excitation puisque nous sommes derrière un écran et donc que nous ne pouvons pas agir.

C’est un peu la même frustration que lorsque vous regardez une vidéo où quelqu’un est en difficulté ou a besoin d’aide mais que vous ne pouvez rien faire pour l’aider, votre énergie commence à bouillir.

Vous êtes dans une posture passive et votre corps trépigne d’impatience pour que vous passiez en mode actif.

Pour revenir au contenu érotique et pornographique, quel est le moyen le plus rapide pour le corps de passer en mode actif lorsque l’on est sexuellement excité par du contenu sur internet : la masturbation.

C’est ce qui d’après moi constitue l’une des plus grandes problématiques masculines de notre siècle : la plupart d’entre nous sommes esclaves de nos pulsions sexuelles.

Personnellement, je suis un ancien esclave de mes pulsions sexuelles car j’ai été addict à la pornographie et à la masturbation pendant 10 ans.

Aujourd’hui je ne le suis plus et c’est ce qui me permet d’avoir ce recul à propos de ce sujet, de témoigner auprès de vous et de vous aider à faire de même si vous le désirez.

Attention je ne suis pas en train de vous dire d’arrêter définitivement la masturbation jusqu’à l’orgasme en solitaire.

Pourquoi ? Parce que peut-être que votre situation actuelle ne le permet pas encore car vous n’avez par exemple pas encore assez travaillé sur vous-même.

Mon but, c’est plutôt de vous amener à vous questionner sur la relation que vous entretenez avec la masturbation et l’orgasme.

Avez-vous l’impression de vous masturbez trop régulièrement ?

Avez-vous la sensation de perdre de l’énergie lorsque vous le faites trop souvent ?

A l‘inverse, comment vous sentez-vous lorsque vous n’avez pas d’éjaculation pendant un certain temps ?

Est-ce que vous vous masturbez en pleine conscience, c’est-à-dire par pure et profonde volonté de passer un moment intime avec vous-même ?

Ou bien est-ce que vous vous masturbez pour combler vos émotions négatives en recherchant la gratification immédiate de l’orgasme ?

D’après moi, tout le monde devrait se poser ces questions et y répondre au moins une fois dans sa vie.

Car ce qui est en jeu derrière est très important.

L’énergie sexuelle de notre corps est une énergie puissante et elle est complètement vidée lorsque nous les hommes nous éjaculons.

Petite parenthèse d’ailleurs, pour les femmes c’est différent, j’aurai peut-être l’occasion d’en parler dans une prochaine vidéo, d’ailleurs s’il y a des femmes qui m’écoutent et qui veulent que j’en fasse une vidéo n’hésitez pas à me le dire dans l’espace commentaires.

Bref, de mon point de vue, l’énergie sexuelle mérite d’être respectée et non dilapidée plusieurs fois par semaine dans des mouchoirs où dans je ne sais quoi.

Aujourd’hui, l’une des choses qui me frustre le plus c’est que certainement des milliers d’hommes sur cette planète se vident littéralement les bourses chaque semaine devant du porno ou du contenu érotique sans savoir que s’ils réduisaient considérablement leur fréquence de masturbation et qu’ils utilisaient l’énergie qui s’accumule au fil des jours, ils pourraient accomplir des choses incroyables et transformer leur vie.

Et je vous assure que ce n’est pas quelque chose d’inatteignable !

Je sais que beaucoup d’hommes pensent qu’ils ne pourraient pas réussir à ne pas se masturber pour au moins 50 jours. L’une des raisons principales c’est qu’ils pensent qu’ils ont une grosse libido naturellement. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que certes il y a une part de génétique dans la libido, mais un des facteurs qui stimule la libido et que l’on oublie souvent c’est l’environnement.

Pour beaucoup d’hommes, c’est leur environnement, le fait qu’ils voient régulièrement des images ou des vidéos érotiques, sexys ou pornographiques défiler sur leurs écrans qui booste leur libido et leur donne envie de se masturber très souvent.

Je sais aussi que beaucoup d’hommes célibataires ou qui sont en couple et qui ne voient pas leur partenaire se voient mal diminuer la masturbation parce qu’ils en ont besoin pour relâcher leurs tensions sexuelles… et j’ai pas de problème tout cela.

Ce que je trouve intolérable, c’est le fait que nous les hommes, avons tendance à nous comporter comme des adolescents à nous masturber compulsivement dès qu’il y a une envie ou que l’on ressent une émotion négative pour la faire disparaître sur le court terme.

Au lieu d’identifier cette source de stress, et de faire des efforts pour la supprimer ou de la réduire avec des exercices sains de contrôle de ses émotions, nous choisissons la solution de la facilité en se masturbant.

Avant de terminer cet article, je souhaitais répondre à une certaine Stéphanie qui avait commenté dans ma première vidéo sur l’arrêt de la masturbation : « pourquoi se torturer ainsi ? »

Eh bien pour te répondre Stéphanie ne t’inquiète pas, tout va bien je ne me torture pas.

En aucun cas arrêter la masturbation est un sacrifice pour moi.

Au contraire je prends davantage de plaisir avec ma copine lorsque l’on fait l’amour et mes orgasmes sont beaucoup plus intenses.

Voilà ! J’espère avec cet article vous avoir ouvert un minimum l’esprit à propos de ces sujets que sont la masturbation et l’orgasme.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez en commentaire, ça m’intéresse beaucoup.

Gardez le cap sur vos objectifs !